Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:12

  Writing_by_after_the_party.jpgJe me permets de vous écrire aujourd’hui parce que je ne suis vraiment pas fière de vous, mais alors pas fière du tout (et cela n’a rien à voir avec votre dernier film Ma vie avec Liberace, qui, potentiellement, pourrait me rendre assez fière de vous, parce que ça a l’air franchement pas mal et que tout le monde est d’accord pour dire que vous avez livré une prestation géniale, du grand Michael, du grand Douglas, du grand Vous, en un mot). Rien à voir avec le cinéma, donc, je me suis un peu égarée entre parenthèses.

Je ne suis pas fière de vous parce que votre retour sous les feux de la rampe vous amène à donner des interviews. Jusque là, rien de bien grave, ça fait partie du job, c’est même tout à votre honneur, ça fait vendre des magazines qui en ont bien besoin, ça fait vivre des journalistes qui en ont bien besoin aussi, ça fait des entrées pour le cinéma qui en a bien besoin. Bref. L’économie s’en porte mieux. Pour cela, merci monsieur Douglas. Comme quoi, la lettre commençait mal et il peut y avoir du positif en toute chose.

Je ne suis pas fière de vous parce que franchement, vous vous rendez compte de ce que vous dites pendant les interviews ? Vous vous rendez compte que des GENS VOUS ECOUTENT ? Des gens vous PRENNENT COMME MODELE ! Alors, attention quoi, mince, il ne faut pas dire n’importe quoi.

Et vous, vous parlez de votre cancer de la gorge. C’est pareil, je n’ai rien à dire là-dessus. C’est bien d’en parler, c’est bien pour « les autres », pour « ceux qui sont confrontés à cette maladie », ça vous rend plus humain aussi, certes, vous aussi, malgré le strass les paillettes, malgré Catherine Zeta Jones, vous pouvez mourir.

Et puis c’est tendance le cancer, ça donne un petit côté Angelina Joli super glamour à tout ça, non franchement c’est chouette.

 

Mais, vous, tranquille le chat, vous dites, je cite : « J’ai eu un cancer de la gorge à cause du cunnilingus ». Premièrement, bravo Catherine, félicitations, ça me fait plaisir pour vous. Deuxièmement : WTF ? Je ne veux pas trop m’énerver, vous êtes vieux, je ne vais pas en plus vous rajouter des problèmes cardiaques, je respire un bon coup, je fais trois quatre exercices de yoga avant de reprendre notre conversation, Michael, et je répète, plus doucement : W. T. F ?

Je le redis : Vous êtes un modèle. Des gens vous écoutent. Des gens vous croient. Des gens pensent que ce que vous dites a valeur de vérité absolue. Des gens pensent dorénavant « le cunnilingus, ça donne le cancer de la gorge ». Si, si, je vous jure, il y a des hommes, maintenant, à cause de vous, qui pensent ça (et il y a d’autres qui font semblant de le penser, comme ça, on a tout gagné).

 

Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte de la bombe que vous venez de lancer. Des centaines d'années de lutte pour une reconnaissance du plaisir clitoridien viennent de voler en éclat. Et je pèse mes mots. En une seule interview. (tout ça pour vous "angelina-iser", y a pas de quoi se vanter).

 

Ça veut dire que nous, les filles, pauvres mortelles et même pas Catherine Zeta-Jones, dans les prochains jours /semaines / mois (et peut être même années, allez savoir, je ne mesure peut-être pas bien l’impact du truc. Ça se trouve je suis optimiste en plus !), on va s’entendre dire « Ah, non, c’est pas que je ne veux pas, c’est que le cunni, ça donne le cancer de la gorge. » et aussi  « Ça m’embête autant que toi, je te jure. », ou encore « C’est Michael Douglas qui l’a dit. »

 

Voilà, voilà.

Quand on sait que seules  20% des femmes sont vaginales, je vous laisse imaginer le désastre sexuel qui attend les 80% qui restent.

 

« Par contre, la fellation, ça fait rien. Niveau cancer je veux dire »

Voilà.

Je ne vous dis pas merci.

 

Illustration :

 

Writing by ~after-the-party

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 16:56

thumbs up by alephunky-d4ka5e8Hop, je continue sur ma thématique liens. C’est pas que j’ai pas d’inspiration pour écrire autre chose, c’est que j’ai pas le temps on a dit. Et puis, je ne peux pas vous laissez passer à côté de ces informations essentielles, ces liens que vous auriez pu louper. Vous me remercierez plus tard. Si, si.

 

On commence intello, mais sous acide, sinon ce n’est pas drôle. Arte lance une série sur l’éducation sexuelle, avec la participation de Jean-Monique, mais aussi de Clara-Morgane-Emmanuelle bien-sûr. Le premier épisode est sur les seins. Le second… sa thématique est dévoilée à la fin de la vidéo. Ça promet.

 

 

 

Comme c’est bientôt Noël et qu’il est encore temps d’acheter des décorations pour votre sapin, tout en faisant une bonne action, vous pouvez vous procurer ces magnifiques boules. Les bénéfices sont reversés à la recherche contre le cancer des testicules. C’est Noël, on a dit, une bonne action, quoi !

 

Certains étudiants s’éclatent dans la vie. En tout cas, en filière animation, ils s’éclatent sûrement plus qu’en comptabilité. Surtout quand, pour leur film de fin d’études, ils décident de revisiter le western avec des pénis. Ce qui, vous en conviendrez, n’est pas possible dans des études de compta, même si l’ambiance est super cool…

 

 

 

En parlant d’études, Harvard, au nom de la diversité, lance son club sado-maso. C’est bien connu que les gens de pouvoir aiment être dominés, autant commencer tôt…

 

On connaissait Paye ta schneck (si non, c’est que vous faites partie des VIEUX lecteurs. Désolée.) Maintenant, il y a Hey Damoiseau, soit toutes les manières qu’auraient les filles de draguer les mecs dans la rue, si elles prenaient exemple sur les plus lourds des mecs qui les draguent, elles (vous suivez ? Cliquez.)  

 

Enfin, histoire de mettre une petite touche bisounours, et parce que le sexe, ça sert aussi à faire des enfants, la ligue des officiers d’état civil a lancé son Tumblr, où elle recense les prénoms les plus « originaux ». Y a des fratries entières où les parents se sont lâchés quand même… Big up à Crissolorio, Absalon, Dayron et Gohyann... et bonne vie !

 

Illustration :

boobs by ~Alephunky on deviantART

 

 

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans C'est court - mais c'est bon
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 14:17

hurray by nylane zzz-d4o7thxOui je sais, c’est pas terrible de s’absenter pendant des plombes, de ne rien écrire (avec même pas d’excuses valables, parce qu’objectivement, à part la flemme je ne vois pas bien ce qui m’empêche de), et de revenir avec des petites brèves. Des liens.

Mais c’est que je surfe beaucoup en ce moment (ça me prend beaucoup de temps. Pas le temps d’écrire ouh là là, dès fois que je loupe une info sur l’Internet…). Du coup, je découvre des trucs.

Alors, ni une ni deux, quitte à louper une ou deux infos capitales, tant pis, je prends mon courage à deux mains, et hop, je vous rédige (vite fait, hein, faut pas non plus m’en vouloir pour les éventuelles fautes d’orthographe, c’est pas comme si j’avais le temps de me relire non plus) un petit post pour vous faire part de tout ça. Enjoy, c’est du bon, c’est du lourd.

 

Je ne garde pas le meilleur pour la fin, et tant pis si du coup tout le reste vous paraitra fade, sans saveur (je sais que ça veut dire la même chose, je fais ce que je veux, c’est mon style après tout, c’est pour bien appuyer le fait que tout le reste sera vachement moins bon après ça). Je mets le meilleur au début, donc.

(A voir avec des écouteurs sur les oreilles, et plutôt discrètement si vous êtes au bureau. Ça pourrait être mal interprété sinon.)


Le jour où le monde s’ébranlera.

 

 

 

Si vous n’avez pas ri, passez votre chemin (si, si, j’insiste. Je suis comme ça moi. Je suis sectaire. Je n’aime que les gens qui ont le même humour que moi). Cette vidéo est classée très largement dans mon top 10 des trucs les plus marrants vus sur internet dernièrement (très très loin devant le chat Maru qui bat tous les records d’audience et qui ne m’arrache même pas un sourire par exemple. C'est un chat, quoi.)

 

Un peu de sérieux après tout ce LOL. Là c’est carrément un lien vers Stratégies, « l’hebdomadaire de référence des professionnels du marketing, de la communication, et des médias » rien que ça. Qui dit que les répliques cultes de Bref s'affichent sur des préservatifs. Bref, ça va emballer sévère.  (ouais, j'aurais aussi pu dire "Bref, ça va niquer grave", ça aurait été plus juste. Plus vulgaire, mais plus juste.) (J'ai un petit doute sur le succès du "Bref, j'ai un plan cul". Ou alors il faut vraiment, vraiment l'utiliser avec parcimonie. Pas avec n'importe qui.)

 

Et pour finir, parce que je m’aime, parce que je suis heureuse, parce qu’il faut bien finir parce que j’ai pas que ça à faire non plus, une petite standing ovation en mon honneur (ou en votre honneur, après tout vous le prenez comme vous voulez, faites vous plaisir.)

 

Illustration:

hurray by ~NyLane-Zzz on deviantART

 

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans C'est court - mais c'est bon
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 15:59

456e994572630a585edd428f30809cbc-d31468zSouvent, les filles, on fait très attention à ce qu’on va porter pour plaire à notre amoureux. On fait très attention à la manière dont on se comporte, à avoir les cheveux propres, à sentir bon, à se sentir belles. On a l’impression que le garçon va tomber plus amoureux de nous si on met une belle robe, et des talons, et du vernis à ongles tout ça.

Parce que c’est vrai que l’amoureux en question il va se dire, « Ouh la la, elle a une jolie robe aujourd’hui, je l’aime encore plus qu’hier », ou alors il va se dire « Ouh la la, qu’est-ce qu’elles sont belles ses chaussures, à ma femme ! ». Hum… Plus exactement il est probable qu’il ne se dise pas des phrases de ce genre là, à moins que votre amoureux soit une amoureuse ce qui est possible aussi, personnellement je ne suis pas sectaire, mais si ce n’est pas le cas, il est probable donc qu’il ne l’exprime pas comme ça mais que ça ait un impact quand même. Votre tenue. Vos chaussures. Votre coiffure. Votre maquillage. Tout le truc d’on se fait belle.

 

Il est probable, donc, que si vous portez une jupe, il soit plus content que si vous portez un jean. D’abord parce qu’il voit vos jambes, et que si vous les montrez c’est qu’elles sont épilées ce qui est déjà un bon point. Ensuite parce que ça lui donne l’impression qu’il peut atteindre plus facilement votre petite culotte qu’avec un jean, ce qui n’est pas faux vous en conviendrez. Et aussi parce que les autres hommes vont vous regarder (tous les hommes regardent les filles en jupe, sauf si la jupe descend jusqu’aux chevilles, mais quand je parle de jupe, je parle plutôt d’accessoire un peu sexy bien entendu, et sauf si vous êtes moche, mais là personne ne vous regarde jamais, je sais c’est injuste, mais c’est la société qui est comme ça, et la beauté c’est subjectif, si ça se trouve dans 100 ans on considérera que vous êtes belle…)

 

Si vous portez des talons, il est probable qu’il soit content aussi parce que ça galbe. Ça galbe les fesses. Ça allonge la jambe. (Après une grossesse par exemple, pour avoir l’air d’avoir perdu des kilos un peu plus vite que la réalité, des talons c’est bien, ça allonge, je dis ça je dis rien, ni voyez aucune expérience personnelle, bah voyons). Il sera aussi content parce que les autres hommes vont vous regarder (surtout si vous avez une jupe ET des talons), parce que ça galbe, et aussi parce que ça fait une démarche qui fait rouler un peu des fesses, une démarche un peu précautionneuse, parce que faut faire gaffe à ne pas marcher dans une grille d’égout, il manquerait plus que je pète mes Louboutin, ou que je me torde la cheville, mince !

Après, le bémol des talons, c’est si vous devez beaucoup marcher, et si ça vous fait mal aux pieds, ou si vous marchez vraiment tout doucement. Là, votre amoureux ça peut éventuellement le saouler, vos talons. Surtout s’il a réservé une table à une heure précise, et qu’on va jamais y être. Pour autant, il est fortement déconseillé de porter des sneakers Isabel Marant (surtout si votre amoureux est de la génération Y).

 

Votre coiffure, votre maquillage, bien entendu c’est important, aussi. Surtout si c’est réussi (parce que le fard à paupière irisé violet et jaune, le gloss qui colle, ou la frange, non, faut laisser tomber). Il est probable, donc, que si vous êtes bien coiffée, et maquillée, si les autres hommes vous regardent du coup, votre amoureux il soit plus content que si vous sortez du lit, avec toutes vos rides intactes et pas masquées, et vos petits cils pas allongés par le mascara « hyper volume brosse télescopique qui tue ». S’il vous aime, certes, il vous aimera comme ça au réveil. AU REVEIL on a dit.

 

Vous noterez que quand même, l’un des points communs à tous ces trucs d’être bien apprêtée, c’est le regard des autres hommes. Il est probable que ça compte beaucoup, en effet. Et si jamais votre amoureux s’en fout, du regard des autres hommes, ce qui serait quand même étonnant parce que les hommes sont majoritairement en compétition perpétuelle les uns avec les autres, il est probable que, du coup, il compare avec les autres femmes en présence. Pour vérifier que vous êtes la plus belle.

 

La vache, c’est fatiguant d’être une femme des fois, moi rien que d’écrire tout ça, avec ma polaire sur le dos, mes cils riquiqui et mes charentaises aux pieds, je n’en peux plus. Bref.

 

N’allez pas croire pour autant que j’enfonce des portes ouvertes sur la séduction, Tata Gwenda s’en charge déjà très bien pour moi, pas la peine d’en rajouter.

Non. Ce que je veux dire par cet article hautement philosophique et d’une portée beaucoup plus grande qu’il n’y parait, c’est que ça ne fait pas tout ! Ah !

N’allez pas croire que là, paf, je vais dire que la beauté intérieure, votre conversation, votre intelligence, votre humour, etc., c’est important aussi, c’est bon, vous me prenez pour qui ?

Je dis juste que des fois, votre amoureux il est séduit par des trucs inattendus.

 

Par exemple, ma copine Zet, elle était à une soirée, et elle avait beaucoup bu. Alors elle a vomi. Elle a réussi à courir jusqu’aux toilettes quand même, mais comme c’était limite, elle n’a pas fermé la porte. Du coup, tout le monde dans la soirée a vu qu’elle vomissait. Zet, elle avait repéré un type qui lui plaisait bien, et en sortant des toilettes, elle s’est dit que c’était foutu. Elle était verte (certes...) mais elle a quand même pris un chewing-gum. 10 minutes après, le type qu’elle avait repéré l’embrassait. Ah !Paf ! Séduction inattendue.

Il lui a dit après : « Ce qui m’a séduit chez toi, c’est quand tu as vomi. »

Intéressant, non ?

(Il s’est avéré qu’il était con par la suite, mais ça compte quand même, non ? Ça prouve que la séduction, ça va bien au-delà de la simple apparence. Parfois, un petit vomito, et hop, emballé c’est pesé.)

 

Sur ces bonnes paroles, je vais m’acheter un mascara…

 

Illustration :

Seduction by ~lucbecks on deviantART

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Les deux font la paire
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 16:18

but shes so fatAlors, ça y est maintenant, j’ai accouché. J’ai intégré l’idée. Surtout, j'ai intégré l'idée que j’ai accouché il y a tellement longtemps que ce n’est plus une excuse pour être grosse.


Deux mois après l’accouchement, j’avais déjà perdu pas mal de poids, et je disais fièrement : « j’ai accouché il y a deux mois. » Et les gens pouvaient répondre, admiratifs « ah ouais ? Ca se voit pas ! ». Au bout de cinq mois, les gens disaient : « tu as récupéré ton poids d’avant, whaou ! » et moi je répondais « non pas tout à fait non » mais en vrai j’étais fière qu’ils le disent et peut être même qu’ils le pensent.

Et là, ça fait plus d’un an. Je n’ai toujours pas récupéré mon poids d’avant. Presque. Mais pas. Surtout, j’ai récupéré ma taille de pantalon d’avant, mais pas ma silhouette.

Avant, je me trouvais mieux nue qu’habillée.

Maintenant, oh my god, non, je me trouve beaucoup mieux habillée que nue.

 

Habillée, on ne voit pas trop mes poignées d’amour.

Habillée, on ne se rend pas compte que mon ventre est tout flasque.

Habillée, on ne se doute pas une seconde que mes cuisses ont de la cellulite (alors qu’avant, juré, non !)

Habillée, on ne voit pas que mes seins sont plus petits (MES SEINS SONT PLUS PETITS !), parce que je mets des push-up de la même taille qu’avant (mes seins n’étaient déjà pas gros).

 

Bref.

On me l’avait dit, que la grossesse, ça déforme. Je m’étais dit, ouais, c’est sûr, c’est un moindre mal en même temps, mais bon, il y a plein de filles qui récupèrent leur poids d’avant. En plus, secrètement je me disais que ça ne m’arriverait pas, à moi, exceptionnelle comme je suis. Je me disais que je serais comme Victoria Beckham, plus maigre après qu’avant (en mangeant pareil). Je me disais que la cellulite ne passerait pas par moi et que mes seins ne pouvaient pas rapetisser, franchement (et si ! ILS PEUVENT !).

Je me disais que dans la rue, à Paris, on voit plein de filles avec des nourrissons, qui sont toutes maigres, comme si elles ne les avaient pas portés.

 

Alors, maintenant je m’interroge.

Est-ce que les parisiennes ont majoritairement des mères porteuses et on ne m’aurait rien dit ?

Est-ce que les parisiennes font comme les stars hollywoodiennes ? Tout de suite après la naissance, un régime à base de graines, et un coach sportif pour direct remodeler leur corps (ce qui est FORMELLEMENT interdit parce qu’après, à 50 ans, on risque la descente d’organe, oui, parfaitement, Nicole Kidman, Gisele Bunschen, on rigolera moins à 50 ans !)

Est-ce que les parisiennes ont un secret ?

 

Je dis « les parisiennes », parce qu’en province, d’abord j’y suis moins, et ensuite, j’ai l’impression que le phénomène est moins palpable. En province, les filles qui ont un nourrisson dans les bras, ou dans la poussette, elles sont un peu grosses. Comme si elles avaient accouché y a pas longtemps en fait. La parisienne, c’est un peu la star hollywoodienne de la France quelque part.

Et moi, j’aimerai bien être une star en ce moment (mais sans faire d’effort, comme si c’était vrai que Gisele elle mange des hamburgers et des glaces, et qu’elle salue simplement le soleil en se levant dans la position du lotus et que ça suffit pour avoir un corps parfait sans photoshop).

 

 Illustration :

 but shes so fat by ~phishy on deviantART

 

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Maman - papa - mode d'emploi
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 14:00

symptomes.jpgOn dit toujours que le fait d’être mère, ça vous change une femme. Certes. Mais une fois qu’on a dit ça, on n’a rien dit en vrai.

Il y en a plein qui pense que ça change une femme « en mal ». Parce qu’elle n’arrête pas de parler de couches, de bébé, de son bébé, de comme elle est heureuse / fatiguée / ravie / exténuée, de comme son enfant est beau, intelligent, épatant, de comme son mari est un papa super / nul etc.

Il y en a aussi plein qui pense que ça change une femme « en moins bien » parce que ça la rend grosse. Oui, alors, on n’est pas forcément devenues grosses après avoir enfanté, en revanche on n’a plus le même corps qu’avant, et ce, même si on a perdu nos kilos de grossesse, pas la peine de rêver les filles.

Il y en a d’autres qui se disent que ça change la femme en « moins dispo », parce que maintenant il y a l’Enfant, qui demande beaucoup d’attention, qui monopolise tout. Et la mère est ravie de s’en occuper bien sûr, cette âme dévouée, l’instinct chevillé au corps.

Il y en a aussi plein qui pense que ça change la femme « en bien », que ça la révèle d’être mère, sur le mode « tu vas voir être mère c’est merveilleux, tu te découvres, tu es pleine et entière, tu es TOI, en somme » comme si avant tu n’étais rien.

Bref.

Et moi dans tout ça ?

Moi, outre le fait que je suis en train de perdre toutes mes copines sans enfants parce que « moins dispo », je me suis transformée en véritable guimauve. Je suis devenue compréhensive. Vis-à-vis des enfants.

Par exemple.

 

Avant

Avant quand j’entendais un bébé hurler dans le métro je me disais d’abord « Pffff, sont relou ces nourrissons, m’enfin bon c’est pas de leur faute ». Au bout de 5 minutes de hurlement, je pensais « Mais ils ne peuvent pas lui mettre une tétine à ce gosse ? ». Au bout de 8 minutes : « Quand on a un bébé on ne devrait pas sortir ! C’est quoi ces parents complètement débiles qui se promènent avec un nourrisson ? Mais restez chez vous ! ». Au bout de 10 minutes, je changeais de wagon.

Maintenant

Maintenant quand j’entends un bébé hurler dans le métro, d’abord je souris. Je SOURIS. Je trouve ça touchant un bébé qui pleure. Je trouve ça touchant des parents qui essayent de le calmer. Je les plains s’ils n’y arrivent pas. Je NE CHANGE PAS de wagon. Surtout pas !

 

Avant

Avant quand je croisais un enfant dans la rue, au mieux je l’ignorais, au pire je râlais parce que putain ils avancent pas ces gosses ! Ils ont la tête en l’air là, ils s’arrêtent n’importe quand pour regarder n’importe quoi, mais casse toi de mon chemin !

Maintenant

Maintenant quand je croise un enfant dans la rue, je SOURIS. Je souris devant tant d’innocence regardant tout et n’importe quoi, je le rattrape s’il me fonce dessus, je dis « Oups là là, fais attention mon bonhomme ! » s’il s’arrête pile devant moi sans prévenir. Les enfants sont des êtres merveilleux.

 

Avant

Avant quand un bébé me regardait fixement, je détournais le regard ou je faisais semblant d’être très absorbée dans ma revue. S’il continuait à me regarder, je pouvais éventuellement changer de place. Ca ne se fait pas, mince alors ! Puis ça va, je ne vais pas lui faire des risettes non plus, on ne se connait pas !

Maintenant

Maintenant quand un enfant me regarde fixement, je lui rends son regard. Voire, je lui parle, et je lui SOURIS. Je me dis que cet enfant est l’innocence personnifiée, il me regarde innocemment, il n’est pas au courant des conventions sociales, il veut communiquer. Communiquons. Et surtout, je pense à mon enfant qui ne comprend pas pourquoi les gens ne lui rendent pas son regard quand il les fixe. Comment peut on être aussi insensible et détourner le regard de celui d’un enfant, cet être merveilleux ?

 

Avant

Avant quand j’entendais un fait divers sur un enfant battu, passé à la machine à laver, torturé, violé, enlevé ou autre, je trouvais ça affreux bien entendu, mais de la même manière que je trouve affreuse la famine au Sahel, la répression en Syrie, ou la guerre en Afghanistan. Je trouve ça affreux intellectuellement.

Maintenant

Maintenant quand j’entends des faits divers concernant des enfants, je pleure. VRAIMENT. Je trouve ça affreux dans ma chair. Et je ne peux plus écouter ce type d’infos (par contre la répression en Syrie, ou la guerre en Afghanistan, ça va. J’ai plus de mal avec la famine parce qu’ils nous montrent des enfants. Alors je DONNE à Actions contre la faim.)

 

Je suis devenue un genre de loque ultrasensible à la cause enfantine.

On me l’aurait dit, je ne l’aurais pas cru.

Et surtout, je me serais vraiment foutu de mes copines mères si elles m’avaient dit ça (d’ailleurs, je ne l’ai dit qu’à celles qui m’avaient avoué les mêmes symptômes avant. Parce que oui, apparemment c’est un symptôme. C’est courant quoi.)

 

Illustration :

 my strange disease by ~chpsauce on deviantART

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Maman - papa - mode d'emploi
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 14:51

 

 Love_is_Simple_by_NANiNG_iAH.pngEntre les campagnes publicitaires des sites de rencontres extraconjugales, et la sortie du film Les infidèles, avec Jean Dujardin et Gilles Lellouche, l’infidélité s’affiche partout. Pour autant, est-ce qu’être infidèle, c’est vraiment cool ?

 

 

1. Oui, selon les sites de rencontres extraconjugales

On savait que les sites de rencontres classiques servaient de repères à des hommes et des femmes pas toujours célibataires en quête d’une aventure adultérine. Mais depuis quelques temps, il existe des sites spécialisés dans les rencontres extraconjugales, au premier rang desquels Gleeden.com qui, avec sa campagne de pub en 4x3 dans le métro parisien en juillet et septembre 2011, et plus de 1 million de membres, s’affiche comme le plus célèbre dans sa catégorie.

Or, Gleeden, c’est super cool, selon lui-même. C’est super cool, d’abord parce c’est le « premier site de rencontres extraconjugales pensé par des femmes » (sic), et ça, c’est censé révolutionner « l’image de la rencontre adultérine (…) aujourd’hui pratiquée et vécue avec élégance grâce à Gleeden.com ».

Je fais un aparté mais j’aimerai bien comprendre ce que ça change que Gleeden ait été pensé par des femmes et en quoi ça se voit sur le site. J’ai cherché des explications, je n’ai pas trouvé. Et je n’ai pas vu un truc particulièrement « féminin » dans le site. Ni rien qui prouve que ce soit pensé par des femmes. Et puis ça m’énerve cette façon d’utiliser le féminisme à des fins commerciales aussi. Je m’égare…

Gleeden c’est aussi super cool parce que ouais, tu peux tromper ta femme ou ton mari, mais avec des gens qui ne s’impliquent pas émotionnellement tu vois, pas les célibataires de Meetic qui vont vraiment s’attacher à toi tu vois. Non, là c’est fun, c’est même pas vraiment tromper quand tu y penses parce que, des deux côté de l’amant ou de la maitresse, personne ne veut quitter son conjoint.

Du coup, c’est cool, l’infidélité.

 

2. Non, selon l’autorité de régulation de la publicité et les ligues de vertu

Les infidèles, le film, a beau être porté par les deux acteurs les plus bankables du cinéma français (Jean Dujardin et Gilles Lellouche), ça ne l’empêche pas de ne pas être aimé par l’ARPP (autorité de régulation professionnelle de la publicité) ! L’organisme a interdit les premières affiches du film, jugées contraires « au respect de la décence et de l’image de la personne humaine en publicité, tant bien même elles se rapportent au sujet du film, à savoir une comédie sur l’adultère. ». A ce jour, l’autorité a déjà reçu quatre plaintes de particuliers à ce sujet (quatre ! Quatre !).

 

Et la publicité mettant en scène l’adultère n’a décidément pas bonne presse puisque Gleeden, encore lui, avait choqué les Chrétiens avec sa campagne de publicité massive (qui n’avait pourtant pas été interdite par l’ARPP, mais qui ne montrait pas d’images explicites…)

 

 

3. Pas encore, selon les études

Tous les sondages sont formels (et il y en a plein) : l’infidélité ce n’est pas bon pour le couple ! Donc ce n’est pas tendance, pour peu qu’on n’ait pas envie de divorcer. Cela reste encore la première cause de rupture. Selon un sondage Sofres de 2007, intitulé Les Français et l’amour, 35% des sondés déclarent que ce qui pourrait mettre en danger leur couple serait l’infidélité de leur conjoint(e).

 

Un autre sondage (Ipsos cette fois-ci) réalisé en 2009 sur l’infidélité, montre que seuls 3% des européens manifestent un intérêt pour s’inscrire sur un site de rencontres extraconjugales. Bon, ils sont quand même 17% a avoir déjà été infidèles, et 20% à déclarer pouvoir l’être. (Je rappelle que 17% c’est presque 20% et que 20% ça fait quand même deux couples sur 10. Je dis ça pour ceux qui auraient du mal à visualiser en pourcentage, ce qui n’est manifestement pas mon cas)

 

 

4. Mais presque selon les décrypteurs de tendances

Dominique Cuvillier, spécialiste en marketing et en décryptage de tendances, explique :

« La publicité n’est jamais en avance sur la société, elle est là pour vendre. Elle colle aux vibrations de la société. Donc si ce type de publicité peut voir le jour et s’afficher partout, c’est que les choses sont en train de bouger. »

 

Une tendance qui ne se positionne pas encore comme un courant général mais qui peut être amenée à s’imposer dans le futur.

 

« On parle de tendance lourde quand le phénomène devient massif. Un signal faible (comme celui de l’infidélité) peut, à terme, se transformer en tendance lourde. Et je ne crois pas que ce soit un épiphénomène. Globalement le couple cherche à se réinventer. Ce serait intéressant à étudier sur le long terme : est ce qu’on va être dans une société où l’on va dire « Oui je trompe ma femme » de manière tout à fait affichée ? Est-ce que ce sera admis ? »

 

Un futur qui parait tout de même encore plutôt lointain, puisque, selon les enquêtes sociologiques menées ces dernières années, nous ne serions pas plus infidèles aujourd’hui qu’hier. Bien au contraire…

 

Illustration :

 Love is Simple by ~NANiNG-iAH on deviantART


PS : Cet article est écrit un peu différemment des autres publiés sur ce blog. Je l'avais au départ proposé à Quoi.info.

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Les deux font la paire
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 17:20

Little_Chef_2_by_horrorqueen_ghoulina.jpgAmes sensibles s’abstenir. Si les mots « placenta », et « manger » mis bout à bout vous dégoûtent, laissez tomber, passez votre chemin tout de suite, ne lisez pas cet article. Car oui, aujourd’hui, je vais parler des femmes qui mangent leur placenta après avoir accouché. Ca existe. J’en ai rencontré (une).

 

C’est marrant les hasards de la vie.

Tout a commencé un week-end de glandouille, feu de cheminée et lectures, à base de Grazia, Voici, Oups, et Biba, pas forcément dans l’ordre. Je feuillette les magazines, et je tombe sur cette citation de January Jones : «  Si j’ai autant la patate après mon accouchement » [en gros, je schématise, elle ne l’a pas vraiment dit comme ça], « c’est simplement parce que j’ai mangé mon placenta. Je le conseille à toutes les femmes. » « Ah, ah ! », je fais à Monsieur S qui n’est jamais bien loin quand il s’agit de lire Voici au coin du feu, « Ah ah », donc, « ils ne savent plus quoi inventer dans les magazines, franchement, manger son placenta, la meuf, là, elle dit ça pour faire l’intéressante et ils se font avoir comme des bleus, ils publient l’info, paf. Manger son placenta, quand tu es une star américaine en plus, tu manges des graines, des trucs macrobiotiques tout ça, mais personne ne va croire que tu manges ton placenta. Pffff. N’importe quoi » j’ai dit. J’étais limite scandalisée qu’on me prenne autant pour une cruche. Et puis bon, je suis passée à la page suivante et j’ai vu que Lindsay Lohann avait désormais l’air d’avoir 50 ans bien tassé alors qu’elle en a 26  et je suis passée à autre chose.

 

 

Et puis l’autre soir, c’est revenu d’un coup, lors d’un diner de potes au restaurant. On était là, une dizaine, à boire du bon vin, à discuter à bâtons rompus sur le sens de la vie, à débattre de politique, du monde comme il tourne, et tout ça, des trucs supers intelligents et limite révolutionnaires quand soudain, j’ai entendu, à l’autre bout de la table, une petite voix toute douce qui disait « Bah moi, après mon accouchement, j’ai mangé mon placenta ». Alors, d’abord j’ai regardé mon assiette d’un œil torve. Heureusement elle était vide. Puis je me suis retourné vers la petite voix.

 La déclaration venait de la nouvelle copine d’un copain.

La fille qu’on rencontre pour la première fois, quoi. Qui est là pour faire bonne impression. Qui est sensé nous séduire, nous les potes du copain en question. C’est peut être une technique pour se rendre inoubliable en même temps, je me suis dit, ça marche. Même si leur histoire ne dure pas, on se souviendra toujours de la fille qui avait mangé son placenta. C’est sûr. Mais bon.

Je me retourne vers la petite voix, donc, pendant que Monsieur S me donne un coup de coude en me chuchotant « Comme January Jones » à l’oreille. Et je dis : « C’est une blague ? » Nan, nan, elle a vraiment mangé son placenta, elle explique, pour éviter la dépression post-partum, remettre les hormones à niveau, tout ça. C’est un truc écolo, bio, ça marche super bien, elle dit.

Ah ?

Je n’ai pas poussé la discussion plus loin.

Mais en même temps, je n’ai pas arrêté de me demander : comment ça se passe ? Après l’accouchement, on dit à la sage femme « Mettez moi le placenta de côté, que je le mange plus tard. Merci. » ?

Faut le prévoir à l’avance pour que toute l’équipe médicale soit prête psychologiquement ?

On le garde dans un tupperware ?

On le cuisine aux petits oignons ?

 

Je sais, c’est affreux, j’avais prévenu les âmes sensibles. Je suis consciente que là, il y a plein d’images mentales qui vous assaillent que vous auriez préféré ne jamais visualiser. Mais c’est comme ça. Moi aussi, les images, je les ai eues, et à table en plus, alors y a pas de raison.

 

Bref.

Par la suite j’ai fait ma petite enquête. Ca m’a un peu rassurée d’ailleurs. Parce que le placenta, il est transformé en gélules pour être mangé. Tout de suite, c’est un peu plus « impersonnel ». C’est un peu comme le dentifrice Email Diamant fabriqué à base de rouge de cochenille, un insecte parasite. On arrive à se laver les dents avec, alors que si avait l’image de la cochenille devant les yeux, on aurait du mal à ouvrir la bouche. Là, le placenta en gélule, c’est juste des gélules, c’est soft, c’est médicamenteux, ce n’est plus le truc tout ensanglanté sorti de notre corps après l’accouchement. (Images mentales. Hin, hin. J’ai un côté sadique dont j’ignorais moi-même l’existence.)

(Promis, le but de cet article N'EST PAS de faire fuir les trois lecteurs qui sont encore là. Promis. Ou alors, pas consciemment...)


Illustration :

 Little Chef 2 by ~horrorqueen-ghoulina on deviantART

 

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Science et sexe
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 15:11

Attention, Chabadabada va pas tarder à revenir (enfin, moi, je vais pas tarder à revenir, si vous saviez ce que je m'en veux de ne pas être capable de tenir le rythme et d'arrêter de publier à la moindre surcharge de travail IRL. Je culpabilise à fond. Vous vous en foutez mais c'est vrai. En plus j'ai perdu la moitié des lecteurs de ce blog. Et même plus si je regarde bien.)

En attendant le grand retour qui va donc arriver bientôt, on y croit, on y croit, il faut garder espoir surtout, hop, une petite vidéo de Zazon qui est décidément trop forte.

 

 

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Y a pas que le texte dans la vie
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 15:38

lady_grandma_by_xx_rawr_xx-d31z89c.jpg20h30 : Ce soir c’est la fiesta, ou presque. Comme au bon vieux temps, je me retrouve toute seule, (avec Minouche qui dort dans la pièce à côté, mais qui dort, donc c’est comme si j’étais seule) parce que Monsieur S va à une « soirée mecs ». Je vais me faire un plateau télé. Je vais m’affaler dans le canapé avec mon plaid. Je vais regarder Gossip Girl et Glee parce que quand Monsieur S est là, je ne peux pas. Et puis je vais appeler So’ et on va passer trois plombes au téléphone. Comme au bon vieux temps, j’ai dit.

 

20h35 : Minouche : couché. Plat Picard : au micro-ondes. Plaid : Sur mes genoux. Gossip Girl : dans le disque dur. C’est parti, mon kiki. Ma vie est décidément formidable.

 

20h40 : Blair va-t-elle épouser son prince ou se remettre avec Chuck ? Le suspens à la Gossip Girl est terriblement insoutenable (terriblement ET insoutenable, j’assume parfaitement les superlatifs)

 

21h20 : Je suis toute excitée. L’épisode était vraiment fort. J’adore ! Vite, je regarde Glee dans la foulée !

 

21h25 : Glee c’est cruche, mais c’est bon.

 

21h27 : Il faut juste faire avance rapide sur les chansons qui sont gonflantes. Ça fait que l’épisode dure deux fois moins longtemps, mais c’est bon quand même.

 

21h28 : I beg your pardon ?

 

21h28 : J’ai cru entendre un truc sonner.

 

21h28 : Monsieur S m’appelle ? Bah, c’est pas bien sa soirée ? Oh, faut me laisser regarder mes séries d’adolescente un peu, là !

 

21h28 : Cinq appels en absence, trois messages répondeur, 12 SMS. C’est quoi le problème ?

 

21h28 : SMS 1 « Je suis sur la route du retour »,  SMS 2 « J’arrive », SMS 3 « Bah tu réponds plus ? », SMS 4 : « WTF ??? », SMS 5 : « Allo ? », appel 1, appel 2 etc.

 

00h30 : Putain, il n’est pas 21h28, en vrai ! (je ne dis des gros mots que quand Minouche dort… Je précise. Pour les âmes sensibles et les bonnes mères, qui, j’en suis sûre, hantent mon blog en secret)

 

00h30 : En vrai, il est minuit et demi.

 

00h31 : J’ai dormi tout le long de ma soirée à moi toute seule devant mes séries de filles !

 

00h31 : J’ai même pas appelé So’ !

 

00h31 : J’ai même pas vu Glee !

 

00h31 : J’ai même pas profité !

 

00h32 : Et en plus, je suis crevée ! Lasse, je vais me coucher (parfois, je suis lasse, oui, c’est l’âge qui veut ça sûrement. Et le fait que ma soirée d’ado se soit sabordée toute seule, ça doit y faire aussi, à la lassitude).

 

Le truc, quand on a des enfants (enfin, un enfant, ça suffit largement), c’est que le sommeil en retard qu’on a accumulé lors des premières semaines, lorsque le nouveau né ne dormait jamais (ou alors sur vous. Ou alors, si peu), c’est qu’on ne le récupère jamais, le sommeil. Du coup, on est tout le temps fatigué. Même si on dort à nouveau. C’est foutu. Les deux semaines de sommeil en retard, on les a dans la vue. Je crois que c’est pour la vie.

 

Illustration :

 Lady Grandma by ~Xx-rawr-xX on deviantART

Partager cet article

Published by Gwendoline Cassine - dans Ma vie en live
commenter cet article

Présentation

  • : ChaBaDaBaDa
  • : Un homme et une femme... chabadabada... Ce blog a été créé par une célibataire qui en avait marre de ne rien comprendre aux relations hommes / femmes. Depuis la célibataire s'est mise en couple et a eu un enfant. C'est pas pour ça qu'elle comprend mieux ce qui se passe, alors elle continue à le raconter, à se poser des questions, et à rigoler parce que mince, c'est quand même assez poilant en général ces histoires de Mars et Venus.
  • Contact